Coup de cœur ♥

https://ec56229aec51f1baff1d-185c3068e22352c56024573e929788ff.ssl.cf1.rackcdn.com/attachments/large/0/5/6/005499056.jpg

Ourse et Lapin : Une chouette surprise!
De Julian Gough

Une chose arrive à la vitesse d’une météorite dans le champ de vision d’Ourse et Lapin. C’était quoi ? Tergiversations, consultation des animaux de la forêt, grâce à Pivert l’enquête s’oriente vers l’idée d’une vague cousine qui pourrait être une chouette. Sonnée par le choc, elle ne réagit pas aux appels et triturations de sa masse plumeuse…

Lapin, d’un naturel atrabilaire, part dans une frénésie alarmiste dressant un portrait terrifiant de la malheureuse. Ourse tempère avec sa bienveillance, cependant elle finie par s’en aller, désespérant de convaincre Lapin que, peut-être, l’intéressée aurait son mot à dire. Devant l’autoritaire ascendance de ce dernier, tous se rallient à son jugement et il y aura un procès en bonne et due forme. Il est décidé de lui construire une prison. Chouette ouvre enfin les yeux… derrière ses barreaux de ronces.

Tout bascule pourtant quand ourse revient avec sa sagesse et que Chouette peut enfin raconter son histoire. Se parler et surtout s’écouter apportent un autre regard. Il n’en faut pas plus pour que la situation se retourne, ce qui donne lieu à une rédemption collective… Les dessins expressifs, pleins d’humour et de poésie viennent renforcer le plaisir d’une histoire bien ficelée, pleine de rebondissements, où l’on s’attache dans ce tome 3 de la série aux personnalités bien trempées de ses héros.

Nouvelle Sparte- Erik l’Homme – Gallimard Jeunesse

product_9782075090667_195x320

Valère et dévoré d’amour-silence pour la belle Alexia. Il vivent à Nouvelle Sparte en Baïkalie. Une fédération fondée par leurs ancêtres qui ont survécu au chaos et aux grands bouleversements qui ont renversé les pays du monde-d’avant. Inspirée des gouvernances dans ce qu’elles ont de meilleur de la Sparte et l’Athènes antique, priant Zeus, Héra et leur descendance, elle n’en reste pas moins un pays de haute technicité, évolué, soucieux de l’unité et du bien être de tous ses citoyens. Leur langue a mutée pour s’accorder à la pensée philosophique qui n’oppose pas le je-suis, le je-fais au nous-ensemble car chacun se réalise en partageant une destinée commune. Les substantifs qui remplacent souvent les noms expriment intrinsèquement l’attachement à l’existence et à la substance même de cette pensée.

Valère est le fils de Maxence mort-assassiné en mission diplomatique au Darislam et de Tess venue D’occidie.

En sortant d’une taverne, ils échappent avec Alexia et leurs amis in extremis à un premier attentat. A plusieurs reprises, ils secoueront brutalement l’équilibre de la cité.

L’Occidie et le Darislam sont vite soupçonnés de les avoir commandité. Valère sera envoyé à bord d’une squaline chez son oncle, frère de Tess pour enquêter discrètement. L’Occidie est le miroir à peine déformé de notre société. Dans un brouillard épais de pollution atmosphérique, les j’ai-tout protègent leurs biens et leur argent derrière des murailles tandis qu’en périphérie, c’est la jungle des sans-rien, laissés à leur violence et à leur misère. Il découvrira bien des secrets et des intrigues dans les arcanes du pouvoir de son pays, et celui d’Occidie, les faux-amis et des ennemis généreux sur qui l’on peut compter.

Le fil narratif se déroule sans que l’on puisse lâcher le livre. On s’attache à cette langue intelligente, originale et imagée qui semble une évidence.

Les lecteurs découvriront que les certitudes peuvent voler en éclat. Le propos est tout en sensibilité, en délicatesse sans manichéisme. Les pages qui évoquent l’amour que Valère porte à Alexia et vice-versa dans la langue de nouvelle sparte sont d’une pure poésie.

D’une petite mouche bleue

D’une Petite Mouche Bleue, de Mathias Friman.

18216392_1527504857282447_1472501569_o.jpg

Pour commander ce livre, cliquez-ici !

Le format à l’italienne est tout indiqué pour cette randonnée. La structure répétitive aborde la chaîne alimentaire. C’est une suite d’animaux dans laquelle chacun mange celui qui le précède. Le thème n’est pas nouveau mais l’intérêt de l’album vient de l’approche graphique et originale qu’il en est faite.

L’illustration classique à la mine de plomb, au trait précis et efficace, n’est pas envahissante et laisse la place au mouvement. A chaque fois qu’un animal est dévoré, il transmet sa couleur bleu qui en fait le fil conducteur de l’histoire.

Sur deux doubles pages savamment construites, une mouche ouvre la randonnée. Deux courts textes accompagnent chacune d’elles. L’un plein d’humour et de rythme narre l’histoire, l’ autre, en introduisant un nouvel animal, interpelle le lecteur, l’invitant à tourner la page. La typographie bleue elle aussi revient comme un refrain quand il s’agit de donner la parole à l’animal. L’auteur n’est pas tombé dans le piège facile du toujours plus gros qui dévore le plus petit, mais apporte des nuances sur le cycle de la vie.

Seul l’homme échappe à la couleur et seule une plume bleue à son chapeau nous rappelle qu’en prédateur suprême, il est le bout de la chaîne. Cependant pour ne rien dévoiler d’une chute drôle et bien menée, la situation finale nous remmène à nouveau à la mouche du début et au plaisir de recommencer.

18215972_1527504827282450_846191190_o.jpg

Ceci est mon carnet de dessin

Ceci est mon carnet de dessin de Laurent Corvaisier

20161107_193621

Pour commander ce livre, cliquez-ici !

Voilà un livre juste pour rêver, un carnet de dessin, celui de l’artiste, celui de toutes les circonstances et de toutes les aventures qui laisse du temps à la flânerie, à la contemplation et donc propice à poser ses yeux sur le monde et les êtres qui l’entourent.

Autant de fenêtres qui s’ouvrent sur des visages connus ou inconnus, des lieux de villégiatures, de travail, moments volés dans un train, au coin d’une porte, l’ailleurs, la Chine, le Liban, l’Italie ou des bestiaires fétiches….l’intime qu’il nous donne à voir et qui nous rapproche.

Comme un photographe le ferait avec son appareil, l’œil du peintre saisi l’instant sur son carnet, la vie qui passe et le séduit, l’esprit du moment.

Le plaisir est pour l’œil, la couleur est diffuse, violente, sombre, douce ou âpre. Les encres sont noires et dans les contrastes pour en relever la gravité, la force. Plus ou moins aboutis, il faut saisir l’idée, l’impression par touches rapides et nerveuses, mais aussi prendre son temps, crayonner les contours, revenir sur les traits et poser la couleur, ses nuances, rendre l’épaisseur d’une frondaison, la transparence de l’eau, la douceur d’un pelage,,,

Chaque image est un voyage, une rencontre. La splendeur de ces instants fugaces, c’est beau tout simplement

Ceci est mon carnet de dessin, de Laurent Corvaisier – Rue du Monde.

Djô

Djô de Gilles Eduar chez Rue du Monde

Pour commander ce titre cliquez ici !

                      Djô est un petit singe curieux et aventureux. Un matin qu’il s’éloigne trop de sa famille, il s’envole dans les serres d’un aigle pour tomber à force de se débattre dans la mare d’un cirque. Quelle aubaine pour son directeur qui en fait sa vedette et le transforme pour le plaisir des spectateurs en « singe canon » Il voyagera de ville en ville, beaucoup et longtemps en compagnie de Rabab son vieil ami l’éléphant. Il veut retourner et finir ses jours parmi le siens sur la terre où il est né. Ils partent donc ensemble sous une nuit étoilée pour son dernier grand voyage au bout de la terre, au bout de sa vie. Djô tout du long sera un compagnon de route attentionné et attentif l’encourageant de son mieux et guidant ses pas et ses yeux fatigués. Rien n’entravera leur voyage, métaphore d’une vie bien remplie et protégé par des amis bienveillants. Heureux d’arriver enfin, Rabab pourra mourir comme on s’endort, entouré de ses amis. Cet ouvrage sensible, de Gilles Eduar, nous fait passer de l’insouciance de la vie à la préoccupation de la mort. Il emmène l’enfant à cette conscience sans angoisse ni drame. Les illustrations joyeuses et colorées contribuent à adoucir le propos. Il complète une belle collection « Coup de cœur d’ailleurs » et nous vient du Brésil.

Trésors Surprises

Trésors surprises de Gilbert Legrand chez Sarbacane

couv-trésors-surprises1

Pour commander ce titre, cliquez ici !

     La double vie des objets de notre quotidien, un livre cartonné à rabats pour les tout-petits. Sur la page de gauche des objets, un clou, une vis, des épingles, un ouvre-boîte, des coquillages, un goupillon,,,, et oh surprise en soulevant le rabat tout le talent, la poésie et l’ingéniosité de Gilbert Legrand. Les mises en situation des objets sont pertinentes, pleines d’humour et en quelques traits apparaissent un hérisson, des cochons, une abeille, un bestiaire inattendu tout en mouvement qui amorce autant d’histoires. Nous y verrons un marqueur fluo très vintage, des coiffures nacrées et comment de simples trombones nous embarquent pour un voyage sur la banquise….Il est sûr que nous ne regarderons plus les objets de la même manière.

Le coeur de la poupée

Le coeur de la poupée de Rafik Schami à l’Ecole des LoisirsLe coeur de la poupée Rafik Schami

Pour commander ce livre cliquez ici

     Par une journée pluvieuse de Printemps, Nina suit ses parents sur un marché aux puces et découvre une poupée dans une caisse cachée sous une table. Ces deux là étaient faites pour se rencontrer à n’en pas douter ! Petitoi c’est son nom a le pouvoir de parler, mais seulement aux enfants, de lire aussi. Elle possède un autre talent, plus original, et surtout pratique quand il s’agit de vivre avec une fillette, celui d’absorber les peurs et de s’en nourrir. Il suffit à Nina de la serrer bien fort sur son cœur. De ce fait, Nina affronte la vie avec beaucoup plus d’assurance.

Lire la suite

L’enfant et le masque de fer

 

L’enfant et le masque de fer de Jean Pierre Kerloc’h chez Didier Jeunesse9782278059539-001-T

Pour commander ce livre, cliquez ici !

    L’auteur a choisi pour cadre de ce roman, une énigme jamais élucidée à ce jour qui touche à la monarchie du roi XIV.

    L’héroïne Marie-Anne vit dans un château auprès de sa mère tendrement aimée, de son précepteur attentif et d’une gouvernante revêche. Sans manquer de rien, elles sont prisonnières de ces hauts murs et n’ont que de rares visites de Monsieur de d’Artagnan. Marie-Anne ne rêve que d’une chose, s’échapper pour goûter à la liberté. A la mort de sa mère, dans une profonde détresse, elle partira dans un couvent, à nouveau cloîtrée et à nouveau pour seules visites d’Artagnan. Son esprit rebelle ne lui facilite pas la vie dans ce lieu mortifère, pourtant une douce amitié va naître avec une autre pensionnaire Apolline de Kerval. Elle ne sait rien de son père qui reste un grand mystère et dont les adultes ont toujours sciemment évité de lui parler. Pourtant elle en rêve, un songe récurant depuis l’enfance, d’un homme au visage d’argent. Lire la suite

Plus haut que le ciel

Plus haut que le ciel de Carl Norac et Zaü chez Rue du Monde 

Plus haut que le ciel Carl Norac zau

 

Pour commander ce livre, cliquez ici !

     Comment mettre d’accord quatre suricates chamailleurs sur la façon de regarder le ciel ?

     Ils peuvent le regarder de plusieurs manières, mais ils la revendiquent chacun comme étant la meilleure. Ils mettent en avant leur point de vue sans vraiment prendre en compte la parole de l’autre. Ils rivalisent d’arguments et des joutes poétiques, drôles, burlesques vont s’ensuivent. Rien ne peut les départager, chacun campe sur sa méthode.  Lire la suite

Collection « Au travail »

Rue du Monde – Collection « Au travail » chez Rue du Monde 

 

En suivant le tracteur ! de Susan Steggall

en suivant le tracteur

Pour commander ce livre, cliquez ici !

Une maison, quel chantier ! de Susan Steggall

une maison quel chantier

Pour commander ce livre, cliquez ici !

     Après les voitures et les bateaux, cette collection « Au travail » nous invite à visiter l’univers de la ferme, ses machines agricoles et les engins de chantier à travers la construction d’une maison.  On pourrait se dire « deux de plus » tant ses univers sont explorés par les éditeurs aujourd’hui ! Mais voilà ces livres sont d’un ton bien différent car il ne s’agit pas là d’un simple inventaire !  Lire la suite