Samedi on lit… #3

En ce samedi pluvieux, nous vous proposons de découvrir les premières lignes du tome 1 de Parmi les Vivants, par Valie Le Gall et Alex Cousseau.

Inoke

Il arrive de nulle part. Par la rivière ou tombant du ciel ou sortant d’un trou directement par la terre. En pleine forêt, à l’aube. Il m’apparaît entre deux arbres. Il marche droit devant lui, allure nonchalante, les bras ballants, la tête inclinée sur le côté, les yeux dans le vague. C’est un garçon d’une quinzaine d’années, on a sans doute le même âge lui et moi. Ses traits sont tirés, il semble à bout de souffle. Il porte un long manteau noir, un pantalon léger avec de larges poches qui descendent jusqu’aux genoux, et de grosses chaussures en cuir brun. Aucun sac, rien dans les mains, il se promène librement. Ses cheveux en broussaille accentuent son air fatigué, des mèches rousses retombent devant ses yeux sombres, et il entrouvre les lèvres en m’apercevant.

Je stoppe en même temps que lui. Je crois qu’il va parler, mais non, son regard se perd derrière moi, il découvre les chiens qui m’accompagnent et redémarre en oblique. Il m’évite. Les chiens se lancent à sa poursuite, je les rappelle, mais plutôt que de m’obéir, ils accélèrent. Ils commencent à aboyer lorsque, sans s’arrêter, sans se retourner, le garçon lève les bras et pousse un sifflement aigu. Aussitôt les chiens se taisent, ils font demi-tour et reviennent trotter autour de moi comme avant, comme si ce garçon n’avait jamais existé.

Je n’ai toujours pas bougé. Bouche bée, je me tiens immobile au pied d’un chêne, et je regarde ce garçon disparaître dans les fourrés. La rosée du matin perle encore sur les feuilles des arbres et aux toiles d’araignées. Le soleil s’y reflète.

Je suis venue voir le renard. Je me suis levée tôt, avant l’aube, comme tous les jours de l’été. J’ai expédié mon petit-déjeuner, juste pour voir le renard. J’ai avancé contre le vent en contournant le bois de pins pour arriver face au talus dans lequel se trouve son terrier. Les chiens m’ont suivie sans broncher tout ce temps. J’ai rampé sur un tapis de mousse, je me suis glissée sous les ronces et les fougères pour avoir la chance d’apercevoir le renard au sortir de son terrier, et c’est ce garçon que je vois arriver puis disparaître aussi vite, entre deux arbres.

Ce garçon qui semble arriver de nulle part, et avancer sans savoir où.

Les tomes 1 (Abel) et 2 (Louise) de Parmi les vivants sont disponibles en librairie ou bien sur son site internet.

parmi les viviants1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s